La danse bretonne regroupe un ensemble de pratiques gestuelles issues de l’ancienne danse traditionnelle, pratiquée essentiellement dans les milieux paysans de Bretagne jusque dans l’entre-deux-guerres.

Cette première approche mérite toutefois d’être nuancée d’emblée : les influences et les emprunts ont en effet existé entre les petites villes, les bourgs et les campagnes. Le milieu où s’est développée la danse traditionnelle bretonne doit donc être entendu comme une société rurale, mais pas exclusivement paysanne. Enfin, la tradition s’est éteinte à des moments variables selon les pays, dès la Première guerre mondiale dans certains cas, ou plus tard, après 1945. Elle a connu une réappropriation à la fin des années 1950, avec le développement des cercles celtiques et du fest-noz.

Comme toute danse traditionnelle, la danse bretonne se caractérise par une forme (en ronde, en chaîne, en quadrette, en couples), un pas (souvent en 4, 6 ou 8 temps) et enfin, un style. La grande majorité des danses, surtout les plus anciennes, sont des danses collectives, en rond ou en chaîne. Les danses en couple, en quadrette ou en cortège de couples sont des formes plus récentes, apparues à la fin du xixe siècle.

Dans notre école, c’est Annette qui vient nous apprendre les rudiments de cette pratique qui fait partie de notre culture bretonne.
Les enjeux de la danse bretonne traditionnelle à l’école sont:

  • sur le plan moteur, construire de nouvelles habiletés motrices
  • sur le plan de l’imaginaire, développer la créativité de l’élève
  • sur le plan relationnel, affirmer sa personnalité par l’écoute de soi et des autres

    Korollerezh!


Source: WIKIPEDIA